Griffon, le chat casse-bonbons

Publié le par Caroline

^^'

Bonjour à vous,
Je m'appelle Griffon.
Je suis un chat de gouttière un peu court sur patte mais très costaud.
Un peu comme les "petits pimousses".
Donc, même si je ne fais pas peur de par mon gabarit, je défends mon territoire avec mes griffes et crocs surpuissants. Les autres chats du quartier n'ont qu'à aller jouer ailleurs.
Ma maîtresse, Caroline, elle est bien gentille mais elle ne cesse de me mettre dans des situations pas possible.
Pour commencer, elle m'a fait déménager. Pour cela j'ai dû prendre l'avion, c'était pas rigolo. Pour couronner le tout, elle, elle est arrivée deux mois après moi...
Je me suis bien fait à notre nouvelle vie. Les croquettes sont meilleures ici. Il y a un demoiselle chat qui a de très beaux yeux; d'ailleurs j'ai failli perdre le mien à cause d'elle. Mais ça valait le coup. Surement...
Mais voilà que des espèces de lutins qui braillent ne cessent d'envahir la maison lors de visites importunes. Ca marche à quatre pattes, ça pleure, ça retient toute l'attention... C'est pas drôle. Je me sens un peu seul et en plus ils me font peur. Quand je vois leur petite main s'approcher de ma queue, ça ne me dit rien qui vaille.

Pour me rassurer, j'ai quand même trouvé une solution super.
Tous les matins, dès que j'arrive à entrer dans la maison, je file devant la porte de la chambre de ma maîtresse et je miaule très fort jusqu'à ce qu'elle ouvre. A ce moment là, je me rends bien compte qu'elle a l'air tout endormie et pas très contente, mais c'est pas grave, elle se recouche et je monte sur son ventre pour réclamer le câlin auquel j'ai droit. Et elle, elle me câline sur le sommet du crâne, le bout des oreilles,... J'aime ça et je ronronne comme une locomotive. Au bout d'un moment, je suis content et elle, elle veut se rendormir. Mais moi, non. Alors je saute du lit, je me colle devant la porte et je remiaule jusqu'à ce qu'elle m'ouvre à  nouveau. Et tant qu'à faire, si elle pouvait venir dans la cuisine pour me donner des croquettes, ce serait la panacée.



***



Grrrrrr
Mais je l'aime quand même c'te bestiole poilue!

Publié dans L'antre du fauve

Commenter cet article