Léa Silhol

Publié le par Caroline

Amis lecteurs, je voulais par ce présent article, partager avec vous un moment fort de sensations.

Les livres, la lecture de romans, de nouvelles, des auteurs fabuleux nous entourent et il serait bête que je ne vous présente pas celle qui m’émeut dans ses romans à un point que vous ne pouvez imaginer. Romans d’imaginaire, romantiques, noirs, poétiques, lyriques, tristes, beaux…

Mon cœur bat la chamade quand je déguste les mots au fil des pages que je n’ose tourner de peur d’arriver à la fin, que le charme cesse d’opérer après le dernier point.

Mais non, même après la fin, rien n’est fini ; un monde est là, qui s’offre au lecteur. Libre à celui qui pénétrer le monde de Vertigen de continuer sur les sentiers boisés et d’errer dans les cours, à la recherche des fées. Libre à nous chercher dans nos cœurs, pour peut-être se reconnaître un peu dans les passions des héros, de se vouloir différents des cœurs froids des peuples fées, ou non. Libre à nous de mettre du glamour dans nos vie.

 

Je parle, pour ceux qui connaissent, de l’univers de Léa Silhol, une auteure talentueuse, ou peut-être devrais-je dire merveilleuse.

 

J’avais écrit un article sur son premier roman La Sève et le Givre, dont je vous donnerai le lien dès que possible. Mais déjà, sachez que ce roman avait été pour moi une vraie révélation et source de beaucoup de réflexions au niveau personnel (que je ne vous expliquerai donc pas. Ah !).

 

Je viens de lire l’opus un, Nigredo, de La Glace et la Nuit, suite tout aussi fabuleuse et peut-être même plus abordable au niveau stylistique. J’avais peur, justement que ce roman soit plus simple que le précédent et qu’il perde un peu de son charme. Mais en fait, pas du tout, la magie est toujours là. La beauté des mots prend à nouveau résonance et ma plongée dans l’univers de Vertigen a été légère, facile. Et toujours aussi lourde de sens, de questionnements, d’envies, d’amour. Car je crois que le secret est là : L’Amour.

L’Amour d’écrire, l’Amour d’un Monde qu’on devine, L’Amour tout simplement, que l’on peut ressentir pour l’autre, et pas n’importe quel autre.

 

Et voilà que je parle, sans vraiment centrer le débat sur le roman en lui-même. Peut-être tout simplement parce qu’évoquer ces quelques sensations sont suffisantes.

 

Vous en voulez un peu plus n’est-ce pas ! Pour cerner de quoi il s’agit. Désolée, je vais tenter de ne plus m’envoler vers Vertigen.

Donc, Nigredo fait apparaître un nouveau personnage, Kelis, qui, sur l’ordre de la Reine des Neiges, doit partir à la recherche de nos très aimés Angharad et Finstern. Chose délicate, car ces deux là ont disparus depuis quelques siècles, après avoir décidé de s’écarter des Cours. Mais la mission est d’importance ; Féerie est en grand danger et la Reine pense que seule Angharad et ses spécificités singulières pourront contrer les décisions de Titania.

 

Une dernière chose, vivement la suite !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Roanne 03/02/2008 21:15

Je repasserai lire cet article quand j'aurai moi même lu Nigredo, que j'ai en stock.
Là en plus j'ai les yeux explosés et comme c'est écrit tout petit, j'ai du mal.
A plus tard miss et bon séjour à Paris :) (veinarde !)

Caroline 04/02/2008 10:48

Je n'ai pas mis de spoiler! Je ne préfère pas dévoiler tout le charme... ^^